Image default
Vie de bébé

Écouter bébé pour mieux l’éveiller

Mais au juste, écouter bébé, qu’est-ce que cela signifie ? Nous sommes bien d’accord : si l’on écoute bébé, c’est déjà que l’on a compris qu’il s’exprime, qu’il nous dit quelque chose. Qu’est-ce qu’il dit ? Comment ?

Introduction

Votre bébé est là et vous ne vous lassez pas de le contempler, vous et son papa. Ce n’est pas parce que c’est le vôtre, non, mais quand même, plus les jours passent et plus vous êtes convaincus que ce petit-là, il a quelque chose…comment dire ? Un temps d’avance : il a les yeux grands ouverts, il est vif, il écoute tout, il s’intéresse à tout… Bref ! Une petite merveille ! Devant ce trésor d’intelligences, il n’y a pas à hésiter : rien n’est trop beau pour lui, rien n’est assez ! Et ça tombe bien parce que vous allez trouver dans le commerce tous les produits pour l’éveil de votre bébé. Mais il y en a tant ! Lesquels choisir ?

Écouter bébé, qu’est-ce que cela signifie ?

Écoutez votre bébé, c’est encore lui qui est le mieux placé pour vous répondre. Mais au juste, écouter bébé, qu’est-ce que cela signifie ? Nous sommes bien d’accord : si l’on écoute bébé, c’est déjà que l’on a compris
qu’il s’exprime, qu’il nous dit quelque chose. Qu’est-ce qu’il dit ? Comment ? Il sourit…c’est qu’il est content. Il fronce le nez…c’est qu’il n’est pas content ! Il pleure…il a faim. Il se tortille, il a mal au ventre.

Comme tous les bébés du monde, le vôtre est très doué pour la communication non verbale et vous, vous vous êtes tout disposés à recevoir ses signaux, à entendre ses messages et à essayer de les interpréter au mieux. Bébé ne parle pas mais vous, faites-le.

Écouter, c’est reformuler, c’est mettre en mots, donner la parole à l’enfant qui par définition ne l’a pas encore. C’est nouer le dialogue entre l’enfant et vous et donc faire de lui un sujet de la relation, de lui-même. S’il n’y a pas de mots posés sur lui, il n’est qu’une poupée qu’on manipule, un objet. Écouter le bébé, c’est le considérer comme une personne avec des besoins, des émotions, des compétences propres… à sa condition de bébé !

Parce qu’il n’est pas question de se tromper, de confondre un bébé et une grande personne aussi impatient que l’on soit de le voir grandir !

Éveiller bébé, cela sous-entendrait qu’il est passif au naturel, que ses capacités sont endormies et qu’il a besoin d’être stimulé par l’adulte pour qu’elle se manifestent et ce serait justement en complète contradiction avec la certitude que vous avez de sa vivacité et de son intelligence.

Quelles sont les capacités du bébé ?

Ce sont d’abord des capacités sensorielles. A la naissance, il ressent les différences de température, la douleur, la caresse… son odorat et son goût sont dix fois plus développés que chez un adulte, sa vue de près est très pointue ! Il dispose donc d’un véritable radar pour découvrir le monde qui l’entoure : les voix, les bruits, les odeurs, les couleurs… Une somme incroyable d’informations lui arrive au cerveau à la fois, inutile d’en rajouter, au contraire, ce qu’il faut, c’est filtrer, sélectionner ce qui pique son intérêt et lui procure le plus de plaisir.

Ses capacités motrices sont plus visibles à l’œil nu. Si l’adulte ne bouscule pas l’enfant dans ses acquisitions, voici ce que se passe : vers quatre mois et demi, cinq mois, s’effectue la première coordination : il voit, saisit et met à la bouche. Vers 6-7 mois, il se retourne seul sur le ventre, puis il se met à ramper sur ses avant-bras puis prend appui sur ses poignets ; ensuite, il se met en trépied puis assis et enfin debout : il se lève avec appui et s’assoit pour parfaire son équilibre au niveau de l’oreille interne ; enfin, quand il est sûr, il se lâche et marche.

Quinze mois au minimum se sont déroulés ! Quinze mois, cela paraît énorme pour des parents qui n’ont qu’une hâte, c’est de voir leur enfant marcher. Mais si l’on y réfléchit et surtout si on a conscience que ce qui se joue là, c’est son autonomie, on comprend que ce n’est rien.

Ses capacités relationnelles se manifestent dès la naissance quand il capte le regard de sa mère.

Le bébé est un être de langage même s’il ne dispose ni de la langue ni des mots, il est capable très vite de produire des sons qui vont appeler l’attention de sa mère qui lui répond naturellement en adoptant un mode de communication spécifique appelé par les anglais « motherese ».

Le bébé a donc des compétences énormes qu’il exerce naturellement pour peu qu’il soit entouré d’adultes qui lui témoignent de l’attention et de l’amour.

Qu’est-ce qu’il y a à éveiller ?

Qu’est-ce que veut dire « stimuler » dans ce cas ? Qu’est-ce qu’il y a à éveiller ? Ce bébé est déjà bien éveillé, bien stimulé, ne serait-ce que parce qu’il est au monde et que tout ce qui se passe dans son environnement le traverse et bien plus que n’importe quel adulte. Vouloir stimuler, éveiller le bébé, c’est le méconnaître, ignorer ses capacités, les sous-estimer et en rajouter. On tombe dans la sur-stimulation. Trop de stimulations peut induire soit un comportement de repli, en fait de protection ; soit un sentiment de découragement et un surmenage qui se traduira par un déséquilibre du rythme veille-sommeil. Le temps de stimulation vole du temps au sommeil.

C’est pourtant pendant le sommeil qu’est secrétée l’hormone de croissance, pendant le sommeil que sont mémorisées les expériences faites durant le temps d’éveil.

Écouter bébé pour mieux l’éveiller

On aboutit donc à l’inverse de ce qui était souhaité.

Écouter le bébé pour mieux l’éveiller, il y a donc là quelque chose de paradoxal. Si on écoute le bébé, on n’a pas besoin de l’éveiller, en revanche, il ne peut pas s’éveiller si on ne l’écoute pas.

Toute la différence est là, toute la difficulté, et toute la problématique actuelle est posée. Vouloir éveiller le bébé, c’est précisément ne pas l’écouter, ne pas tenir compte de qu’il est, en faire un objet de satisfaction narcissique.

Toutes les potentialités, votre bébé les a. Permettez-lui de les utiliser et de les développer en toute quiétude. Votre regard lui donnera une bonne estime de lui : comme dans un miroir, il y verra qu’il est beau, bon, important, précieux, capable. Il saura que vous êtes là pour l’aider, l’accompagner, autant que nécessaire mais pas plus. Il suffira de veiller à son hygiène de vie et à sa sécurité.

Libérée des fonctions qu’il ne peut pas assumer, sa curiosité va s’éveiller et il va expérimenter le moindre objet, le tripoter, l’investir, en le portant à la bouche, en l’examinant sous toutes les coutures, en le décortiquant… en le mettant en pièces pour demander ensuite à ses parents de le reconstituer aussi longtemps qu’il n’en aura pas épuiser ressources et secrets. Chaque objet est pour lui un mystère. Toutes
ses capacités sont en éveil.

Écouter bébé pour l’éveiller ? Non ! Écouter bébé pour qu’il s’éveille ! Ce n’est pas jouer sur les mots, c’est vraiment penser autrement le statut du bébé.

Autres articles

A quel âge bébé fait ses nuits, s’endort seul, dort dans un grand lit, fait des cauchemars ?

administrateur

Taille des pieds des bébés et des enfants et pointure des chaussures, par âge.

administrateur

Comment choisir la taille des vêtements de votre bébé, de votre enfant ?

administrateur

Développement de bébé : les liens entre motricité et langage

administrateur

Bébé et poussée dentaire : Quand commence la poussée dentaire ? Symptômes, évidences et trucs

administrateur

Comprendre les pleurs de bébé

administrateur