Image default
Conseils aux parents

Pas de gluten pour mon bébé ! La vie avec ou sans gluten ?

Les mamans le savent, il vaut mieux éviter le gluten dans l’alimentation des nourrissons. Mais quand faut-il l’introduire ? En quelle quantité ? Quels sont les risques ? Il n’est pas toujours facile de faire des conclusions, tant les études sont contradictoires…

S’il est de coutume d’introduire des farines infantiles dans l’alimentation de bébé. Les recommandations actuelles préconisent d’éviter celles qui contiennent du gluten jusqu’au moins les 6 mois de votre bout de chou. La raison ? Le gluten !

Cette protéine présente dans certaines céréales (blé, orge, seigle,..) contient de la gliadine, une petite protéine que le système digestif des nourrissons n’est pas encore capable de tolérer. L’introduire trop tôt peut ainsi créer une intolérance et perturber la croissance de bébé.

C’est pour cette raison que vous trouverez la mention “sans gluten” sur la plupart des emballages des biscuits, farines,… pour nourrissons. Ces produits sont d’ailleurs en général constitué à base de riz ou de maïs, deux céréales qui ne contiennent pas de gluten.

Du lait maternel sans gluten ?

Toutes les mamans sont dès les premières semaines confrontées aux coliques de bébé. Et si c’était le gluten ? En effet, on sait aujourd’hui que le gluten passe en faible quantité dans le lait maternel. Suivant l’alimentation de la mère, il contiendrait entre 5 à 1200 ng/ml. Des études sont toujours en cours pour mieux expliquer le rôle et l’incidence exacte de ce gluten présent dans le lait maternel.

Quoiqu’il en soit des recherches ont montré qu’une maman allaitante qui suit un régime sans gluten développait moins de problèmes de constipation postpartum, moins de problèmes d’hémorroïdes et une perte de poids facilitée. L’influence sur bébé serait également bénéfique puisqu’on a remarqué une meilleure digestion, un réflexe d’éjection du lait moins fort sans oublier évidemment la suppression du risque d’allergie au gluten.

Une question de quantité !

Par ailleurs, d’autres études ont prouvé que la poursuite de l’allaitement maternel pendant la période d’introduction du gluten dans l’alimentation réduirait le risque d’apparition de l’intolérance. Certaines recherches montreraient également qu’il vaut mieux l’introduire faiblement entre 4 et 6 mois en parallèle au lait maternel plutôt que vers 7-8 mois. Tout serait en fait une question de quantité.

Pas facile donc de s’y retrouver ! Le mieux est encore de bien observer votre bébé. L’allergie au gluten entraîne différents symptômes la principale étant une diarrhée sévère et persistante.

Dépister la maladie cœliaque

Si vous remarquez lors de l’introduction du gluten que votre enfant présente une diarrhée sévère, une perte d’appétit, un ventre gonflé ou encore une cassure dans sa courbe de croissance, il est bon de consulter un médecin. En effet, votre enfant souffre peut-être de la maladie cœliaque conséquence d’une hypersensibilité du tube digestif au gluten. Résultat, la muqueuse digestive s’amincit et n’arrive plus à absorber correctement les aliments.

Lorsque le verdict tombe il n’y a qu’une solution: bannir le gluten ! Une fois supprimée de son alimentation, les symptômes disparaissent assez vite et votre enfant retrouve toute sa forme. Malheureusement, ce régime à vie est assez contraignant même si aujourd’hui on trouve de plus en plus de boutiques et même de grandes surfaces qui vendent des produits sans gluten.

Autres articles

Existe t-il des règles pour bien s’occuper de son bébé ?

administrateur

6 astuces pour créer une jolie chambre à partager entre les enfants

administrateur

Petits et grands : comment partager l’espace ?

administrateur

Reconnaitre les pleurs de bébé

administrateur

Comment réussir ses premiers bains avec bébé ?

administrateur

Sélection de livres pour les tout-petits : on vous les recommande !

administrateur